Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 16:07

Et si, en réalité
, -comme nous le pensons à Quelle Santé - les bienfaits du lait n'étaient que de purs arguments marketing destinés à dynamiser un secteur agricole exsangue après-guerre ?
Car voilà plus de cinquante ans que le nectar lacté est porté aux nues, considéré comme le nec plus ultra nutritionnel.

En 1954, à l'initiative de Pierre Mendès France alors président du Conseil, le lait et le sucre sont distribués dans les écoles pour lutter contre les ravages de l'alcoolisme. Le tout aux frais de l'Etat. "Ces distributions seront salutaires pour la santé de nos enfants, martelait Mendès France dans sa circulaire. Elles aideront à écouler une partie de notre production laitière et sucrière ; et elles prépareront une modification progressive des habitudes des consommateurs dans notre pays où le lait et le sucre ne sont pas consommés autant que le voudraient la santé et la vigueur de la race, alors que dans d'autres pays voisins et semblables au nôtre, ces aliments contribuent plus largement à la ration moyenne de la population. Le progrès social estlà aussi." Aujourd'hui, dans les classes, le message est passé. Les goûters sont souvent à base de lait et, chaque jour, 5 millions d'enfants des écoles maternelles et primaires reçoivent leur petite brique de lait en guise de collation, grâce aux aides de l'Europe. Dans les foyers, le lait s'est également imposé comme l'aliment indispensable. Selon les chiffres du Centre national interprofessionnel de l'économie laitière, 95 % des français consomment des produits laitiers. Avec 406 kg par personne et par an équivalent lait, notre pays monte sur la troisième marche du podium derrière la Finlande et la Suède.Et place les produits laitiers en tête des aliments favoris devant les fruits, le pain, les légumes ou la viande.

Pourtant, ce n'est ni l'Hexagone ni les pays nordiques grands consommateurs de lait qui détiennent les records de longévité ! Il faut plutôt se tourner vers Okinawa, une petite île japonaise connue pour détenir le record mondial de centenaires (33 pour 100 000 habitants, contre 11 dans l'Hexagone). Là, la consommation de produits laiters est très réduit, près de trois fois moins qu'en France.


Les scientifiques doutent

Devant l'ampleur du phénomène lait, soutenu inconditionnellement par les pouvoirs publics, les détracteurs commencent à hausser le ton. Thierry Souccar, journaliste et écrivain scientifique compte parmi les plus mordants. Dans son ouvrage, l'auteur de "Lait, mensonges et propagande" démonte un à un les arguments du lobby laitier à coups d'enquêtes et d'expertises. A commencer par les bienfaits supposés du calcium, rhétorique classique de l'industrie laitière. Pour le commun des médecins, le raisonnement est basique :
1 : Les os ont besoin de calcium,
2 : le lait est riche en calcium,
3 : Pour avoir un squelette et des os solides, il faut boire du lait. CQFD.
Pour Thierry Souccar, il en va différemment. Le spécialiste a recensé sept études traitant du sujet.

Six d'entre elles concluent que les laitages sont inutiles pour protéger les os (la septième, financée par l'industrie laitière arrive forcément à des conclusions opposées).
"Pour les six études, le calcium laitier n'a aucun intérêt dans la prévention des fractures d'ostéoporose, affirme Thierry Souccar sur son site www.lanutrition.fr. Ceux qui prétendent le contraire mentent à la population"

Mais alors, comment a-t-on pu nous faire avaler l'idée que le calcium permettait de lutter contre l'ostoporose ?
En jouant sur les mots. Si l'on se penche de plus près les études menées par le lobby laitier, on s'aperçoit qu'elles n'établissent pas de rapports entre la consommation de laitages et le taux de fracture mais entre la consommation lactée et la densité osseuse.

Toutes les études parviennent aux mêmes conclusions : plus on boit de lait et plus les os sont denses... et, du coup, sans que ce ne soit clairement explicite, on laisse planer l'idée que le risque de fracture diminue.
Un exemple récent de la pirouette dialecto-scientifique ?
Bernard Salle, dans son discours d'ouverture de l'Académie de médecine du 2 avril 2008 explique : "Les adolescents qui ne consomment pas de produits laitiers ont un risque fractuaire élevé à moyen terme et à un âge avancé. Dans la perspective de la prévention primaire de l'ostéoporose après la cinquantaine et des fractures qui lui sont associées, il est important de promouvoir des apports en produits laitiers car diverses études d'intervention ont démontré les effets bénéfiques des produits laitiers sur l'accumulation du capital osseux au cours de la croissance."

Pour Thierry Souccar, ce raccourci est inadminissble. "L'industrie laitière s'est affranchie pendant des années de l'obligation de montrer que les laitages faisaient baisser les fractures, simplement parce qu'avec les laitages la densité osseuse augmente. Mais la densité osseuse n'a qu'un rapport assez lointain avec le risque de fracture 'd'un individu". Pour le spécialiste, non seulement, les produits laitiers ne protègent pas de l'ostéoporose mais en plus ils pourraient la favoriser. Car les laitages renferment des protéines qui stimulent la prolifération d'ostéoblastes, ces cellules chargées d'assurer la formation d'os neuf et, qui, avec les ostéoclastes (les cellules indispensables à la résorption osseuse) remodèlent notre squelette. Or "en consommant de grandes quantités de laitages tout au long de la vie, on acquiert une densité osseuse élevée dans la première partie de l'existence mais ce stress imposé aux ostéoblastes et aux cellules souches qui les fabriquent a un coût : l'épuisement avant l'heure de la population des cellules MSC (les cellules souche de la moelle osseuse) et de leur capacité à approvisionner l'os en ostéoblastes." Ainsi, en favorisant à tout prix le pic minéral osseux, les nutritionnistes pro-lait prennent le risque d'amputer le stock de cellules MSC et de priver la femme ménopausée ou la personne âgée de sa recharge d'ostéoblastes au moment où elles en ont le plus besoin.

Dossier par Amel Bouvyer et Hélène Binet
paru dans le magazine Quelle Santé n° 30 - septembre 2008

Lire aussi :
Le vrai visage du LAIT- ostéoporose
Le vrai visage du LAIT- cancer de la prostate et des ovaires
Le vrai visage du LAIT- fromage ou dessert


Partager cet article

Repost 0
Published by Julie - dans ALIMENTATION
commenter cet article

commentaires

problème de mauvaise haleine 15/02/2015 17:47

It's actually a nice and helpful piece of info. I am satisfied that you simply shared this useful information with us. Please stay us informed like this. Thank you for sharing.

eviter ronflement 15/02/2015 17:47

I think this is one of the most significant information for me. And i am glad reading your article. But want to remark on few general things, The site style is wonderful, the articles is really excellent : D. Good job, cheers

Présentation

  • : Juli Duhont - Naturopathe Réflexologue, Praticienne de santé holistique depuis 2005, référencée dans le NEW YORK TIMES 21aou15
  • Juli Duhont - Naturopathe Réflexologue, Praticienne de santé holistique depuis 2005, référencée dans le NEW YORK TIMES 21aou15
  • : Soins par le décodage biologique, les manipulations manuelles, les plantes et l'alimentation
  • Contact

Rechercher