Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 16:46

Pourquoi nous acceptons l'autorité

Lors d'un faux jeu, des candidats ont été invités à électrocuter l'un des leurs s'il répondait mal. Tous prêts à devenir tortionnaires pour la télé ?

"Mauvaise réponse de Jean-Paul !" s'exclame l'animatrice Tanya Young. "Le châtiment ! Le châtiment !", hurle le public.

Alain (le prénom a été changé), la quarantaine, genre bon père de famille, s'exécute. Parmi les trente manettes à sa disposition devant lui, il pousse celle indiquant 340 volts. Dzittttt! Le malheureux Jean-Paul, ligoté sur une chaise électrique à l'abri des regards, hurle... puis un silence pesant retombe. Il y a quelques minutes encore, Jean-Paul suppliait : "Laissez-moi partir, ça fait trop mal, vous n'avez pas le droit !"

Maintenant, il ne répond plus. Inconscient ? Mort ? Encouragé par l'animatrice, Alain lui pose encore six questions qui restent sans réponse. A chaque fois, sous les vivats du public, il administre le châtiment prévu : un choc électrique de plus en plus fort. Jusquà 460 volts ! Les caméras zooment sur le visage d'Alain, en sueur. Pas de doute, l'homme n'aime pas ce qu'il est en train de faire : électrocuter Jean-Paul, un homme qu'il ne connaît même pas, sous prétexte qu'il ne donne pas les bonnes réponses...


Bienvenu à Zone Xtrême ! Le jeu de la mort en direct. Car ces scènes de torture sont extraites d'un jeu télévisé auquel Alain, comme 80 autres candidats, a participé, ignorant, comme le public, qu'il s'agissait en réalité ... d'un simulacre ! Il a été conçu par l'auteur et producteur Christophe Nick pour les besoins d'un film documentaire sur la violence du petit écran et devrait être diffusé sur France 2 à la fin de l'année. Jean-Paul, le "torturé", est en fait un comédien. Il ne reçoit pas le moindre choc éléctrique, mais simule la douleur. "J'ai voulu comprendre comment la télévision pouvait nous manipuler pour nous conduire à accomplir des actes que nous condamnons en temps ordinaire, explique Christophe Nick. Aujourd'hui, dans certains jeux, les gens acceptent de faire publiquement n'importe quoi, car ils accordent à la télévision une autorité considérable à laquelle ils se soumettent. Mon documentaire s'appuie sur l'analyse de scientifiques pour comprendre cette influence."


Le producteur s'est directement inspiré des expériences de Stanley Milgram sur la soumission à l'autorité. En 1963, ce psychologue américain de l'université Yale (Connecticut) souhaitait vérifier si des individus ordinaires, soumis à une forme d'autorité - en l'occurence celle de la science -, étaient capables d'obéir aveuglément, jusqu'à se comporter comme des tortionnaires. Des personnes recrutées par annonce étaient invitées dans un laboratoire de la prestigieuse université pour participer à une expérience dont elles ne connaissaient pas le propos. A leur arrivée, on leur expliquait alors qu'il s'agissait de tester les effets de la punition (des chocs électriques) sur l'apprentissage. Le participant était désigné comme "professeur" chargé de poser des questions à un élève - en fait un complice du laboratoire - installé sur une chaise élctrique dans une pièce voisine. En cas de mauvaise réponse,le "professeur" devait administrer à l'élève une décharge électrique allant de 15 à 450 volts à l'aide de manettes sur lesquelles était précisé "choc léger", "choc moyen", "choc très intense", "danger : choc violent" et "XXX" pour des chocs aux conséquences inconnues. A chaque impulsion, le "professeur" entendait les protestations de l'élève, passant du gémissement aux suppliques et aux râles... jusqu'au silence à partir de 300 volts.
Un chercheur austère installé à côté du "professeur", surveillait le bon déroulement de l'expérience et incitait à la punition. En cas d'hésitation, il ordonnait tour à tour "Continuez !" ; "l'expérience exige que vous continuiez !" ; "Vous n'avez pas d'autres choix, vous devez continuer !"

Les résultats stupéfiants obtenus par Stanley Milgram ont fait frémir des générations entières ! Parmi les 40 "professeurs" allant jusqu'à 285 volts et 65 % d'entre eux ont continué jusqu'au dernier bouton à 450 volts, étiqueté "XXX". Presque cinquante ans après Milgram, les résultats obtenus dans Zone Xtrême sont sensiblement les mêmes, voire supérieurs ! 81 % des candidats ont torturé Jean-Paul jusqu'aux punitions supposées mortelles... Cette fois, l'autorité n'est plus le chercheur censé contrôler la situation et emblème du pouvoir des médias. Impossible d'invoquer les intérêts financiers pour expliquer ces comportements : la production avait indiqué aux candidats qu'ils ne recevraient que 40€ de dédommagement. Jean-Léon Beauvois ancien professeur de psychologie sociale à l'université de Nice-Sophia-Antipolis et conseiller scientifique de cette expérience ne cache pas son étonnement : "Je ne m'attendais pas à un tel résultat... Nous accordons donc autant d'importance à l'instituion qui fabrique le divertissemnet qu'à la science qui fabrique le savoir."


Chacun, pour se rassurer, pourra penser que devenir un tortionnaire est une question de personne. Mais les nombreuses reproductions de l'expérience de Milgram dont les dernières ont été publiées en janvier dans la revue American Psychologist, prouvent que ce n'est pas le cas. Quels que soient le sexe, l'âge, l'origine ethnique, la religion, la catégorie socioprofessionnelle..., tout le monde ou presque pourrait commettre l'impensable. Pour Milgram, c'est le conexte qui engendre l'obéissance. La soumission à l'autorité produit un changement d'état de l'individu qui passe à ce que le célèbre psychologue nomme "l'état agentique" : le sujet ressent des scrupules, il a conscience du mal qu'il infliqe, mais perd son libre arbitre et ne se sent plus responsable de ses actes, se considérant comme le simple "agent d'une autorité. Dans son esprit , le vrai responsable devient le représentant de cette autorité (le chercheur à l'université et l'animatrice dans Zone Xtrême). En somme, pas responsable donc pas coupable !


Reste à comprendre d'où vient ce penchant pour la soumission à l'autorité. "Nous apprenons à obéir dès l'enfance, affirme Jean-Léon Beauvois. Il est donc normal que nous nous soumettions si facilement." C'est ce que prédit le psychologue américain Martin Hoffman, qui s'appuie sur des études montrant que les deux tiers des relations parents-enfants sont des évènements disciplinaires : "mange ta soupe", "range ta chambre", "n'embête pas ta soeur".


Zone Xtrême révèle l'influence considérable de la télé sur l'acteur du spectable, c'est-à-dire le candidat du jeu. Mais de l'autre côté, dans le salon du téléspectateur, l'emprise est tout aussi fort. Didier Courbet, professeur à l'Institut de recherche en sciences de l'information et de la communication (Irisis), l'a montré lors d'une expérience qui s'est déroulée cet été à l'université d'Aix-Marseille. Des étudiants ont été recrutés pour participer à une supposée évaluation des programmes télévisés. En fait, ce que le chercheur souhaitait vérifier c'est l'influence des programmes sur les comportements d'aide. Son hypothèse : une personne exposée à un programme violent sera moins solidaire qu'une personne qui vient de regarder un programme altruiste. Les étudiants ont ainsi visionné, individuellemnt, un extrait de Saw, film d'horreur particulièrement sanglant, ou un film mettant en valeur les comportements d'entraide. Croyant l'expérience terminée, les étudiants croisaient alors dans le couloir un complice du laboratoire qui faisait tomber à leurs pieds une pile de documents. Aucun des étudiants ayant visionné le fim d'horreur ne s'est arrêté, contrairement aux autres qui ont tous apporté leur aide. "Aujourd'hui, nous démontrons clairement que les programmes qui mettent en scène la violence, l'égoïsme, l'individualisme ou la compétition produisent une influence négative sur les personnes qui les regardent. Cela relève d'une théorie de l'apprentissage qui prédit que l'on a tendance à reproduire ce que l'on voit", explique Didier Courvet. Or ce sont justement ces valeurs qui ont la cote dans les programmes de divertissements diffusés par la plupart des chaînes : Le Maillon faible, Koh Lanta, Loft Story, Secret Story, Pekin Express, L'Ile de la tentation, Next, etc. Conclusion de Jean-Léon Beauvois : 'On pourrait réduire sensiblement les chiffres de la délinquance en diminuant de 50 % la quantité d'hémoglobine à la télévision. Mais est-ce que les créateurs seraient d'accord?"


Dossier écrit par Olivier Hertel

SCIENCES ET AVENIR - septembre 2009

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

medicament contre mauvaise haleine 16/02/2015 08:06

Thanks a bunch for sharing this with all of us you really know what you are talking about! Bookmarked. Kindly also visit my site =). We could have a link exchange contract between us!

mauvaise halène 16/02/2015 08:06

advertising

Présentation

  • : Juli Duhont - Naturopathe Réflexologue, Praticienne de santé holistique depuis 2005, référencée dans le NEW YORK TIMES 21aou15
  • Juli Duhont - Naturopathe Réflexologue, Praticienne de santé holistique depuis 2005, référencée dans le NEW YORK TIMES 21aou15
  • : Soins par le décodage biologique, les manipulations manuelles, les plantes et l'alimentation
  • Contact

Rechercher